D, comme déconstruction


Photo by Lujia Zhang on Unsplash


Déconstruire, c’est dire au revoir aux évidences. Apprendre à s’en passer, à vivre sans. 

Déconstruire, c’est comme une invitation à partir d’un écran blanc au moment d’amorcer une expérience, d’engager une rencontre, d’aborder une réflexion. 

Déconstruire, c’est oser questionner et mettre au travail ce qui se présente comme la Vérité.  

Déconstruire, c’est considérer le normatif comme un ennemi et la résistance comme un allié, le dominant comme une menace et le minoritaire comme un espoir. 

Déconstruire, c’est aller à la rencontre de l’autre, de sa vision du monde en s’étant préparé à modifier, transformer, sa propre représentation de ce qui est bien ou mal, juste ou injuste, acceptable ou interdit, beau ou laid. 

Déconstruire, c’est ne rien accepter comme acquis, définitif, fermé. C’est offrir une virgule au point, une nuance à la radicalité, un doute à la certitude, un making-off au produit fini. 

Déconstruire, c’est se dire enfin que tout ce qui se passe est à la fois profondément triste, inquiétant et menaçant. Sans négliger l’enthousiasme à découvrir et éprouver bientôt le monde nouveau en train de naître.  

Comme tu le faisais lorsque tu étais enfant avant de t’endormir…

Sébastien Weill

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s